La véranda : déclaration, législation et permis de construire

Il est important de bien se renseigner sur les formalités administratives en amont d'un projet de construction de véranda. Quand faut-il un permis de construire véranda ? Quelle législation et déclaration ? Voici les informations clés à connaître pour construire une véranda et éviter les mauvaises surprises

Jusqu’à combien de m2 est-il possible de construire une véranda sans permis de construire ? Quelle différence avec la déclaration préalable de travaux ? Votre véranda peut-elle être refusée par votre mairie ? Les règles sont simples, encore faut-il bien les comprendre

On compte en France, chaque année, environ 80 000 nouvelles vérandas construites. Aujourd’hui, on peut profiter de sa véranda toute l’année, ce qui explique ce succès grandissant. Parmi les personnes possédant une véranda, elles sont environ 90% à être satisfaites! En moyenne, une véranda coûte 24 000€ et mesure 20m2. Toutefois, le prix et les dimensions d’une véranda sont très variables selon les projets. Pour l’installation d’une véranda, il est vivement recommandé de passer par un professionnel qualifié Qualibat 9141 ou 9142.

Règlementation véranda : comprendre le PLU

Le prix d’une véranda varie en fonction des matériaux et des styles (PVC, bois, alu, en kit…). Mais avant même de partir à la recherche d’une véranda pour une maison, il est crucial de prendre le temps de s’informer sur le PLU (plan local d’urbanisme) de la commune. Ce dernier réglemente les constructions au sein d’une commune.

Pour une véranda, le PLU indique les dimensions maximales de la véranda, son esthétique et les matériaux de construction, mais aussi à partir de quelle superficie il est obligatoire de procéder à une déclaration préalable de travaux.

Plus vous habitez à proximité d’une zone protégée, d’un monument historique, ou plus votre logement est lui-même un bâtiment protégé, et plus les réglementations du PLU sont strictes. Pour avoir connaissance du PLU, il convient de s’adresser à la mairie de la commune concernée.

Permis de construire véranda : quelles démarches ?

Permis de construire et déclaration préalable de travaux

La déclaration préalable de travaux est souvent indispensable quand on se lance dans un projet de construction d’une véranda. Pour en être certain, prenez contact avec le pôle urbanisme de votre mairie.

Pour effectuer cette déclaration préalable de travaux, vous devrez remplir le document CERFA 13 703*03. Il est accessible dans votre mairie ou directement depuis le site service-public.fr. Une fois le document rempli, vous devez le déposer à la mairie en mains propres ou par lettre recommandée. La mairie dispose d’un délai d’un mois pour vous répondre. À partir du moment où la demande est validée, les travaux peuvent débuter.

Si la véranda est considérée comme une extension de la maison, un permis de construire est alors nécessaire. Dans ce cas, vous devez récupérer le document CERFA 13 406*03, que vous devrez remettre remplie à la mairie en 4 exemplaires. La mairie dispose d’un délai de 2 mois pour vous répondre. Dès lors que le permis est accepté, les travaux peuvent débuter.

Dans le cas où la mairie refuserait votre demande préalable de travaux ou votre permis de construire, vous pouvez le modifier pour qu’il corresponde aux exigences de la mairie, ou vous pouvez effectuer un recours à l’amiable. Si le recours à l’amiable n’aboutit pas, il ne vous restera plus que la voie judiciaire auprès d’un tribunal administratif. Cependant, si vous respecter les règles du PLU, il n’y a aucune raison d’en arriver là.

bouton
Comparez les professionnels pour construire une véranda
Prix moyen: sur devis
Gratuit - Sans engagement

Permis de construire véranda avec architecte

Il est obligatoire d’obtenir un permis de construire mais également de faire appel à un architecte s’il est prévu que la véranda possède un plancher d’une surface d’au moins 150m2 ou une surface d’emprise au sol (existant + future véranda) supérieure à 170m2.

Bon à savoir Ne sont pas prises en compte dans la surface d’emprise au sol l’emprise d’un stationnement de véhicules ni l’emprise des surfaces non closes (préaux, auvents).

Comment calculer la surface de véranda ?

Le calcul de la surface d’une véranda s’articule autour de deux mesures : la surface du plancher et la surface de l’emprise au sol.

La surface de plancher représente tout simplement la surface du sol de la véranda, c’est à la superficie de l’intérieur de la véranda. Lorsque la véranda est rectangulaire, la surface plancher se calcule facilement puisqu’il suffit de multiplier la longueur par la largeur pour obtenir la superficie en m2. Le calcul peut se révéler plus compliqué pour les formes plus complexes. Cette surface ne prend pas en compte les murs, l’espace escalier, les endroits où le plafond ne dépasse pas 1,8m.

L’emprise au sol est définie comme la projection verticale du volume d’une construction en prenant en compte les surplombs et les débords. Plus simplement, il s’agit de la surface, murs, débords et surplombs compris. Là aussi, le calcul est assez simple si la véranda est rectangulaire et si elle ne possède pas de débords et ni de surplombs, puisqu’il suffit de prendre les mesures depuis l’extérieur des murs. Dans les autres cas, il faut être plus patient et plus rigoureux.

Construction de véranda : taux de TVA

Sachez que les 3 taux de TVA sont possibles pour une véranda. Tout dépend des caractéristiques de la véranda et du logement, mais aussi de la façon dont les travaux vont être réalisés :

  • Le taux de TVA à 20% s’applique pour un logement neuf ayant été construit il y a moins de 5 ans et lorsque la véranda agrandit la surface de plancher du logement de plus de 10%.
  • Le taux de TVA à 10 % s’applique aux travaux d’aménagement, d’amélioration et de transformation du logement.
  • Le taux de TVA à 5% est accessible lorsque des travaux d’amélioration des performances énergétiques sont réalisés.

Vous souhaitez construire une véranda ?
Trouvez un professionnel qualifié près de chez vous.
Gratuit - Sans engagement

Consultez notre dossier sur les vérandas pas chères pour comprendre comment réaliser de belles économies lors de l’achat de votre véranda.

Absence de permis de construire : risques et sanctions

Interruption des travaux de construction de la véranda

Si vous construisez une véranda sans permis de construire alors que ce dernier est obligatoire, vous vous exposez à être verbalisé si l’infraction est découverte. Cela signifie également une interruption des travaux. En plus, à l’issue du procès-verbal, il est probable que vous soyez obligé de détruire la véranda à vos frais.

Risques d’amende

En plus de l’interruption des travaux, vous serez dans l’obligation de payer une amende pour les travaux non déclarés et/ou les travaux ne respectant par le permis de construire ou la déclaration préalable de travaux.

L’amende s’élève à 1200€ minimum, avec une majoration pouvant atteindre 6000€ par m2. S’il s’agit d’une récidive, vous risquez, en plus de l’amende, une peine d’emprisonnement de 6 mois.

Véranda et augmentation d’impôts : au delà de 20m2

Avant de construire une véranda, vous devez avoir en tête qu’une véranda augmente la surface cadastrale de votre logement. Autrement dit, elle augmente naturellement le montant de la taxe d’habitation et de la taxe foncière, sauf si la véranda mesure moins de 20m2.

Notez que durant les deux premières années suivant la construction de la véranda, il est possible d’exiger une exonération d’impôt.

Trouvez le bon professionnel pour construire une véranda
Comparez les professionnels
disponibles près de chez vous
Comparez les professionnels
Gratuit - Sans engagement

Véranda permis de construire en zone classée

Qu’est-ce qu’une zone classée ? Il existe 4 cas de zones classées :

  • Un site classe ou inscrit
  • Une AVAP (aire de mise en valeur de l’architecture et du patrimoine)
  • Un secteur sauvegardé
  • Une proximité avec un monument historique

Généralement, pour construire en zone classée, il faut au minimum une demande préalable de travaux. Plus précisément, cette demande est indispensable dans le cas de travaux extérieurs de moins de 20m2. Le délai d’attente est de 2 mois maximum.

Très souvent, un permis de construire est nécessaire. Et plus particulièrement, lorsque la structure est modifiée ou lorsqu’il s’agit d’une nouvelle construction de plus de 20m2. Le délai peut atteindre 1 an pour un site classé et 6 mois pour une proximité avec un monument historique.

Un permis de démolir est également nécessaire si vous désirez détruire certaines constructions, même partiellement. Le délai est de 3 mois maximum, sauf pour les sites classés où il peut atteindre 1 an maximum.