Prix d’un mur de clôture en parpaing et pose

Un mur de clôture classique est construit à partir de parpaings. Le tarif hors pose de ce type de cloisonnement de terrain oscille entre 45 et 70 €/ m². D'autres matériaux comme la pierre ou le béton coulé peuvent également être envisagés pour réaliser un mur de clôture. Les prix de pose varie entre 30 et 60 € / ml

Prix d’un mur de clôture selon le matériau

Un mur de clôture peut être constitué à partir de différents matériaux comme la pierre, le béton ou encore le parpaing. Commençons cet article par un tour d’horizon des prix de chaque type de muret.

Matériau de clôturePrix moyen HT (hors pose)
Béton50 – 150 € / m3
Parpaing45 – 70 € / m²
Pierre (Moelleon)110 – 220 € / m²

Les tarifs indiqués ci-dessus ne comptent que la fourniture du matériau. Pour calculer le prix d’un mur de clôture dans sa globalité, il vous faut rajouter :

  • le prix des fondations : qui dépend de la configuration du terrain
  • Le prix des finitions : pose d’un enduit, peinture…
  • Le coût de main-d’oeuvre si vous passez par un artisan
  • La destination du mur : simple clôture ou mur de soutènement

Trouvez un maçon disponible près de chez vous !

Mur de soutènement ou mur de clôture ?

Avant de détailler le principe de construction de chaque type de mur de clôture, commençons par éclaircir un point : quelle est la différence entre un mur de clôture et un mur de soutènement ?

muret blanc

Tout comme n’importe quelle clôture, le muret permet avant tout de délimiter et sécuriser un terrain. Un mur de soutènement fait référence à une construction destinée à retenir les poussées de terre. Il est généralement édifié lorsqu’une construction a nécessité une surélévation du terrain par rapport à la zone naturelle. De ce fait, en bordure de propriété, les terres doivent être maintenues pour éviter un affaissement du terrain.

Un mur de soutènement n’est pas une clôture

Sur le plan légal, il faut savoir qu’un mur de soutènement n’a pas du tout le statut de clôture. De ce fait, il ne peut être considéré comme mitoyen et sera uniquement privatif. Cette notion est importante si votre intention est de pouvoir partager avec votre voisin les dépenses liées à la construction de votre clôture.

Parpaing, béton, pierre : quel matériau choisir ?

Avant tout, il est important de souligner que le terme parpaing est devenu aujourd’hui un nom générique qui peut aussi bien s’apparenter à un bloc en béton qu’à un élément en pierre. Nous allons dans la suite de cette partie faire la différence entre un mur en parpaing de béton, un mur en béton coulé et un mur en pierre (moellon).

Le mur de clôture en parpaing de béton

Comme son nom l’indique, cette clôture imite le principe de construction d’une maison en superposant des blocs de béton. Il existe deux types de parpaings :

  • Les parpaings creux, qui se distinguent par la présence d’une ou plusieurs alvéoles au centre du bloc. Il s’agit du parpaing le plus répandu pour la construction d’un mur standard.
  • Les parpaings pleins qui comme leur nom l’indique sont totalement remplis de béton. Ces blocs se distinguent par leur très grande résistance. Ces pièces de béton sont utilisées en priorité pour les murs de soutènement.

bloc parpaing

Le mur en parpaing est l’une des clôtures en dur les plus couramment utilisées. Techniquement, il est le plus simple à réaliser en comparaison des autres modèles de mur de clôture.

Par ailleurs, le parpaing est aussi le plus économique des matériaux de construction. Le tarif d’un parpaing est en effet particulièrement accessible puisqu’il oscille entre 1 et 3 €.

Ce prix varie selon deux principaux critères :

  • La nature du parpaing : qu’il soit plein ou creux, il existe plusieurs modèles de parpaing (bloc d’angle, bloc linteau, bloc de jambage ou bloc à bancher).
  • L’épaisseur du bloc

Mur de clôture béton coulé

Le principe est ici de faire couler du béton entre deux plaques qui constitue un coffrage. Des armatures métalliques sont rajoutées pour renforcer la solidité du mur (principe du béton armé). Ce type de mur de clôture en béton est souvent privilégié pour les murets de grande hauteur, car la stabilité est mieux assurée qu’avec une succession de rangée de parpaings.

Muret de clôture en moellon

Même si l’amalgame est souvent fait entre le moellon et le parpaing, il faut savoir que le moellon n’a rien à voir avec le béton.

Il s’agit d’un élément en pierre ordinaire qui va servir à édifier un mur, de la même manière qu’un parpaing. Le moellon est issu d’une pierre calcaire qui présente l’avantage de pouvoir facilement être façonné pour obtenir la forme désirée.

pierre de taille

Ainsi, des blocs pourront aisément être extraits pour ériger des murs. Grâce à sa maniabilité, le moellon est pratique pour construire un mur arrondi et permet une grande liberté créative dans la forme générale du muret.

Avantages et inconvénients par matériau

Pour vous aider à mieux cerner les différences entre chaque type de mur, voici une synthèse des points positifs et négatifs de chacun.

Type de murAvantagesInconvénients
Parpaing
  • Économique
  • Facile à poser
  • Imputrescible
  • Personnalisable avec un enduit
  • Peu esthétique brut
  • Inadapté pour les murs de grande hauteur
  • Entretien nécessaire
Béton coulé
  • Solide et idéal pour les grandes hauteurs
  • Adapté pour les murs de soutènement
  • Bonne isolation sonore
  • Imputrescible
  • Personnalisable avec un enduit
  • Mise en oeuvre nécessitant du matériel spécifique (toupie, tuyau)
  • Nécessite de grosses fondations pour supporter le poids du mur selon sa hauteur
Pierre
  • Charme de la pierre
  • Bonnes résistances aux intempéries
  • Malléable
  • Mise en oeuvre difficile
  • Prix élevé
  • Matériau fragile (casse facilement à la mise en oeuvre)

Faire un mur de clôture : tarifs de pose et étapes clés

Qui contacter pour monter un mur de clôture ?

Le professionnel le mieux placé pour monter un mur de clôture est le maçon. Il possède en effet tout le savoir-faire pour manipuler les matériaux en béton ou en pierre et il maîtrise les différentes techniques de pose.

muret de cloture

Par ailleurs, cet artisan qualifié saura vous conseiller au mieux sur la nature de parpaing, de la pierre, ainsi que sur le scellement à prévoir. Enfin, en fonction de la configuration de votre terrain, il pourra juger de la profondeur des fondations nécessaires.

Au niveau du prix de pose, il dépend de plusieurs critères :

  • La configuration du terrain
  • Le type de mur : béton coulé, parpaing ou pierre
  • les travaux liés aux fondations

La fourchette de prix de pose d’une clôture peut varier entre 30 et 60 € du mètre linéaire HT.

Faire soi-même son muret, est-ce accessible ?

Muret en pierre : comment faire ?

La pierre taillée n’est pas aussi simple à trouver qu’un parpaing. Par ailleurs, son prix est relativement élevé. Pour limiter les frais et si vous êtes un bon bricoleur averti, vous pouvez partir en quête de pierres laissées à l’abandon (fin de chantier, pierres oubliées dans un fond de jardin, dépôt d’un maçon).

Ensuite, il ne vous reste plus qu’à suivre les instructions de pose que vous retrouverez facilement sur divers sites spécialisés.

pose parpaings

Mur de clôture parpaing : les étapes de travaux

Pour vous aider a mieux à évaluer le principe de pose d’un mur de clôture en parpaing, voici les principales étapes qui constituent le chantier :

  1. Réaliser les fondations. Elles sont également connues sous le terme semelle et servent à garantir la stabilité de l’ouvrage. Le travail consiste à creuser un trou dont la profondeur et la largeur dépendront de la taille de vos parpaings. Ensuite, il faut couler une fine couche de béton et la recouvrir avec une armature métallique. Enfin, on coule la semelle de béton fibré (renforcé par des morceaux de fer) en assurant une bonne planéité qui assurera le niveau du mur.
  2. Étaler une couche de mortier
  3. Monter le premier rang de parpaings en laissant un espace de 1 cm entre chaque bloc pour la réalisation d’un joint vertical avec du mortier
  4. Vérifier régulièrement l’aplomb et le niveau
  5. Étaler une nouvelle couche de mortier
  6. Poser le deuxième rang en plaçant les parpaings de sorte qu’ils soient installés en quinconce par rapport au premier rang
  7. Élever le mur complet en respectant le même principe pour chaque rang
  8. Une fois le mur de clôture terminé et sec, appliquer la solution de finition choisie (enduit, peinture, carrelage..)

Ces étapes ne décrivent pas la totalité du chantier. En effet, selon la longueur de votre mur, la pose de poteaux intercalaires peut s’avérer nécessaire. N’hésitez pas à prendre conseil auprès du professionnel chez qui vous achetez votre matériel.

Coût d’un mur de clôture : exemples de devis

Prix d’un mur en parpaing

Vous venez de faire construire votre résidence secondaire et il vous faut délimiter votre terrain. Dans la mesure où vous êtes absent une bonne partie de l’année, vous décidez de mettre en place une clôture particulièrement résistante aux tentatives d’intrusion sur votre terrain.

Le mur en parpaing apparaît comme la solution idéale. Par ailleurs, son prix attractif vous séduit, d’autant plus que vous souhaitez vous charger vous-même de l’édification du mur de jardin.

Vous vous rendez donc dans le magasin de bricolage le plus proche de votre résidence et commandez le nombre de parpaings nécessaire.

Vous optez pour des parpaings creux de 20 cm. Le prix au m² est de 16 € TTC. Vous avez besoin de 75 m² pour réaliser votre mur qui fera 1 m 50 de hauteur sur 50 mètres linéaires. En prenant une légère marge (en cas de casse), vous demandez une estimation budgétaire pour votre mur de 75 m². En ajoutant le prix des matériaux nécessaires pour faire le mortier et la semelle de béton, le montant total du devis proposé s’élève à 1 400 € TTC.

Pose mur de clôture en pierre

Pour délimiter un côté du terrain qui entoure votre fermette, vous décidez de faire monter un mur en pierre. Vous choisissez une pierre ordinaire dont le prix s’élève à 30 € / m².

Vous décidez de confier ces travaux à un artisan qui compte une main-d’oeuvre de 70 € TTC du mètre linéaire, soit 1 400 € pour les 20 mètres qui constituent votre chantier.

Le montant du devis proposé par votre artisan pour la fourniture et la pose de votre muret en pierre de 20 m s’élève à 2 400 € TTC.

mur cloture pierre

Construire un mur de clôture en parpaing : quelles démarches ?

Bien préparer son projet et anticiper les délais

La pose d’un mur de clôture est un projet qui mérite réflexion. Quelle hauteur choisir ? Quel matériau ? Faut-il mixer le mur parpaing avec un autre modèle de clôture (grillage rigide, souple, clôture PVC, aluminium, bois…) ? Avant de vous décider, nous vous conseillons de faire le tour des différentes possibilités.

Une balade dans votre quartier sera l’occasion de visualiser un exemple de mur de clôture réalisé par vos voisins. De nombreuses sociétés spécialisées proposent aussi des exemples de réalisation.

muret beton design

Par ailleurs, si vous souhaitez passer par un professionnel pour la pose de votre muret en parpaing ou en pierre, sachez que les délais d’intervention peuvent être longs, notamment si vous habitez en zone urbaine.

Entre les conditions climatiques hivernales pas toujours favorables aux travaux et le nombre de demandes, un bon artisan ou une société reconnue peut vous annoncer un délai de plusieurs mois pour commencer les travaux.

Mur de clôture : réglementation

Comme toute clôture, le mur parpaing est soumis à une réglementation stricte. En effet, la clôture ne doit pas constituer une gêne pour les voisins.

C’est pourquoi, en premier lieu, elle est soumise à des limites de hauteur. Celles-ci peuvent être propres à la commune. Dans ce cas, elles sont inscrites dans le plan d’urbanisme local. À défaut, s’il n’est fait aucune mention sur le sujet, voici les limites qui s’imposent par la loi :

  • 2,60 mètres si la commune comprend moins de 50 000 habitants
  • 3,20 mètres pour les villes de plus de 50 000 habitants

D’autres contraintes viennent s’ajouter à cette notion de hauteur. Il s’agit entre autres de :

  • L’interdiction de clôturer un terrain si aucune habitation n’y est construite (terrain nu)
  • L’interdiction d’empiéter sur la propriété voisine
  • L’obligation de respecter les limites de distance stipulées dans le PLU
  • L’obligation de respecter les restrictions du PLU en termes de matériau notamment

Comme vous pouvez le constater, c’est le plan local d’urbanisme de votre commune qui fait foi en matière de clôture. Nous vous conseillons donc de commencer par le parcourir pour vérifier que votre projet est en adéquation avec les autorisations de la commune.

Dans tous les cas, pour que votre projet voir le jour, il vous faut réaliser une déclaration préalable de travaux. Celle-ci sera examinée par la mairie qui peut refuser la réalisation de votre clôture si celle-ci ne respecte pas les règles de la commune.